D1 Futsal - Finale Playoffs 2015 : Sassi Ben Naceur (Toulon TE) : "On se disait pourquoi pas nous"


le Vendredi 5 Juin 2015


Pour la première fois de son histoire, le Toulon Tous Ensemble de Sassi Ben Naceur se hisse en finale du championnat de France de Futsal. Samedi, son club affronte le KB United, rôdé à ce genre d'événement. L'occasion d'évoquer avec le président varois son jeune âge, son jeune club, avec une certaine expérience.


Président, la préparation de cette finale, en terme logistique, est-elle différente des rencontres habituelles ?

C'est beaucoup plus de difficultés. C'est loin puis à Caen et en Basse-Normandie, le 6 juin, c'est l'anniversaire du Débarquement (71ème anniversaire). Du coup, en raison des cérémonies et célébrations, les hôtels à proximité étaient déjà complets. On prend le train vendredi matin à 8h30 et on arrive sur place à 17h après un changement à Paris... 
 
Au terme d'un match à suspense, Toulon s'est qualifié dans le Nord, à Douai-Gayant. Une surprise ?

On connaît nos forces, on savait que nous allions finir dans les quatre premiers. D'ailleurs dès le mois de décembre les positions étaient quasiment figées. On attendait que ça, cette demi-finale, pour tenter de se qualifier. Cette saison, Douai a gagné deux fois d’un but d'écart et nous avions dominé le match aller. Je ne pense pas qu'on était outsider, on partait dans l'idée qu'on allait simplement jouer un match qu’on pouvait gagner. Ça a payé. 
 
Fin du match, qualification, à quoi pense-t-on en tant que président ?

C'est un club jeune, très jeune. Je ne sais même pas si un club D2 est plus récent que nous (2008). Nous sommes en finale du championnat de France c’est énorme. On pense à tout ce travail, la progression constante. Le maintien, le milieu de tableau, l'année d'après la demi-finale de Coupe Nationale puis cette saison on y est, en finale du championnat.

C'était l'objectif avoué depuis la création du club ?

Dès le départ on se voulait ambitieux. Puis à force de gravir les échelons, les titres départementaux puis régionaux... On regardait les finales du championnat et on se disait pourquoi pas nous alors que nous savions qu'on en était très loin.
 
Quel genre de président est Sassi Ben Naceur ?

Je suis très proche d'eux, j'ai quasiment le même âge que les joueurs. Les relations sont très bonnes, on discute tout le temps. Il y a quand même cette notion de respect envers le "président". Avec Felice (Mastropierro, l'entraîneur) aussi, si les résultats ou si quelque chose n'allait pas je pourrais lui dire mais ça n'est pas le cas. Tout se passe bien.

"J'aime bien dire que c'est dans la défaite qu'on voit l'image d'un club"

 Vous ressentez un engouement particulier depuis ces deux dernières semaines ?

L'événement à pris une certaine ampleur à Toulon. En ville, des personnes qui nous connaissaient pas nous disent qu'il faut gagner, on a fait la Une des journaux locaux, de Var-Matin, plusieurs jours. On prend conscience que nous sommes une équipe importante, c'était une grande promotion pour nous.
 
Ce changement de statut, cette accession en finale du championnat, qu'est-ce que ça peut changer ou bien apporter pour le club ?

On file un peu vers l'inconnu, nous sommes jamais arrivés à ce stade. Ça ne pourra pas freiner notre progression mais il ne faut pas non plus aller trop vite, on a l'exemple récent de clubs qui ont malheureusement disparu. Faut faire attention, ne pas s’enflammer. C’est bien de gagner mais si derrière ça ne suit pas… Disputer les playoffs entraîne un certain coût pour le club, une éventuelle Coupe d'Europe aussi. Alors on se prête au jeu mais faut faire attention. 
 
Votre jeune âge, comme celui du club, même si ce n'est pas obligatoirement lié, fait de Toulon un club sans vague.

J'essaie d'apporter des idées, comme celle des playoffs à l'époque. Les arguments ont convaincu alors que les instances étaient plutôt réticentes au départ. Nous n'avons pas d'ennemis, pas d'histoires. Tout s'est bien passé cette saison, j'aime bien dire que c'est dans la défaite qu'on voit l'image d'un club. Je préfère perdre et démontrer une bonne image que de gagner et nuire à celle du futsal.

Samedi, finale inédite en D1 Futsal. Votre club, Toulon TE, affronte le KB United.

Cette finale, ils (ses joueurs, ndlr) la méritent, ils sont concentrés et ont un coup à jouer. On a fait deux résultats nuls contre le KB United lors de la saison régulière, une équipe encore plus compétitive depuis la trêve, ça va être un beau match et un joli spectacle pour la promotion du futsal.




Recevez la Newsletter Sport & Business Number5.fr
















google-site-verification: google9ae31d9d6090be38.html