Beach Soccer - SuperEight : La diversification de la discipline n'est-elle pas un frein à son développement ?


Par redaction@number5.fr le Mardi 11 Décembre 2012


Depuis plus de 10 ans le football sur sable ne cesse de se développer pour le plus grand bonheur des passionnés. Des tournois sont chaque année nouvellement créés pour apporter leur contribution à une discipline en quête de toujours plus de visibilité. Parallèlement à la BeachSoccer WorldWide (BSWW), bien connu sur la place internationale pour diriger les plus grandes compétitions de Beach Soccer, des organismes se fondent avec la volonté de redéfinir la discipline. Number5.fr vous propose une rapide présentation du SuperEight en Italie qui prends un chemin différent pour promouvoir le même sport.


Beach Soccer - SuperEight : La diversification de la discipline n'est-elle pas un frein à son développement ?
Après ses débuts dans les années 90 en retard grâce à l'initiative des événements VentaClub (Travel Spray), depuis 2003, la Fédération italienne de football (LND) a lancé le premier championnat officiel. De 2003 à 2011 étaient composés de clubs bien structurés, qui présentaient dans leur composition des champions les plus populaires du monde entier (Brésil, Portugal, Espagne, France).

Mais à un moment donné certains joueurs et clubs ont estimés que l'expérience de la LND dans l'industrie du divertissement et de la capacité organisationnelle était limitée. Le cadre de jeu n'est plus approprié par rapport aux attentes initiales : L'aspect compétitif prend trop le dessous sur le côté festif et spectaculaire de la discipline !!! ... le Beach Soccer devient de plus en plus du football sur sable...Le salaire des joueurs commencent à ruiner le sportif ... Voici quelques points de divergences qui sont à l'origine de la création du SuperEight (S8).

Et c'est avec l'aide de l'Officina Italiana Eventi, une société qui pendant des années a organisé des événements majeurs du beach soccer en Italie (comme la FIGC-LND, le championnat d'Italie) et qui a collaboré avec la BSWW sur des compétitions internationales, que Gianni Fruzzetti ancien capitaine de l'équipe nationale italienne a mis en place cette nouvelle organisation.

Le SuperEight est un championnat de 8 équipes (à terme extensible à 16) qui sont issues du circuit italien de Beach Soccer ces dernières années.

Nous retrouvons actuellement les clubs de Bari, Cavalieri del Mare (champion 2009 du championnat italien de la FIGC-LND), Inter de Milan (champion 2012 du S8), Lazio de Rome, Prato, AS Rome, Romagne et Venise Casino. Plusieurs étapes sont programmées durant la saison afin d'établir un classement avant l'ultime tournoi afin de déterminer le champion du SuperEight.

Gianni Fruzzetti (1er rang, le 2e en partant de la gauche) avec la sélection italienne en 2006 lors de la coupe du monde - Crédit photo: Fifa.com
Gianni Fruzzetti (1er rang, le 2e en partant de la gauche) avec la sélection italienne en 2006 lors de la coupe du monde - Crédit photo: Fifa.com
Ces équipes qui sont venues rejoindre cette "nouvelle aventure" étaient en désaccord avec la gestion de la ligue. En se détachant de la FIGC-LND, les joueurs tentent d'échapper à la mise en place d'une certaine rivalité entre les équipes du championnat italien. Un argument que nous jugeons contradictoire lorsque l'on participe à une compétition. En effet, un tournoi ou un championnat ne met-il pas des équipes en opposition afin d'en établir une hiérarchie, un classement et ainsi mettre en avant les meilleures équipes ??? Dans la pratique sportive compétitive, tous les participants ont le même objectif : Celui de gagner et cela engage une rivalité certaine que l'on ne peut pas assimiler à de la haine. dans cette nouvelle formule la concurrence est certes encourager pour toutes les équipes, mais à la fin du championnat le classement général ne détermine pas le vainqueur. Il est garantit l'incertitude jusqu'au dernier jour de la saison. On fait croire au dernier qu'il peut encore être champion, c'est ça l'esprit sportif ??? ...

De plus dans le SuperEight la vision du Beach Soccer est tout autre et l'esprit sportif redéfinit. "Ce sport a besoin de combiner le spectaculaire sur le terrain avec le plaisir en dehors du terrain" nous explique John Valente l'un des organisateurs de cette nouvelle compétition. Il poursuit en précisant que "le Beach Soccer est différent pour nous qu'un simple show, avec des gestes techniques et acrobatiques". Traditionnellement à la fin
d'une rencontre sportive les joueurs se serrent la main et repartent chacun de leurs côtés. Dans le SuperEight l'accent est mis sur la convivialité après le jeu.

"Nous organisons des soirée disco appelée " White party" durant lesquelles tout le monde oublie le résultat du match et s'amuse ensemble." C'est en réalité une troisième mi-temps bien connu des sportifs mais imposée avec la présence des équipes opposées sur le sable. C'est une philosophie de la discipline qui va au delà de la pratique sportive en elle même et qui nous rapporte de "très bons résultats." Nous ne sommes pas certain qu'il s'agisse d'une grande révolution : boire un verre avec son adversaire ça nous est tous déjà arrivé... Non ?!

Seulement six mois d'existence et en plus du tournoi italien, le SuperEight a déjà "franchit les frontières nationales pas deux fois". Le Beach Soccer de Montréal qui s'est déroulé en août dernier et la Copa Mundial (avec l'Inter, Porto et l'Ajax) dont nous vous avons rapporté les résultats (deux compétitions remportées par les brésiliens du CR Famengo), sont le fruit du travail de cette organisation. Le format semble avoir des adeptes. "L'idée est née en Italie mais cet évènement que nous pouvons répéter partout dans le monde" rapporte de très bon résultats. Nous ne vous cachons pas que nous avons eu du mal à trouver les résultats de la dernière compétition au Brésil.

L'objectif pour 2013 est de développer encore plus "notre Beach Soccer"... et "il y aura beaucoup plus de nouvelles de nous" dans les mois à venir, insiste John Valente. La réelle ambition est de "créer un club international qui n'existe pas", avec l'aide des clubs professionnels qui reconnaissent dans cette discipline une continuation de leur ligue de football. Nous verrons bien ... Insistons sur le fait que des contacts ont été établis avec des clubs français mais qui à ce jour toujours échoués.

Les équipes de l'Inter de Milan et de l'Ajax d'Amsterdam posent ensemble avant leur opposition lors de Copa Mundial organisée par Cadima Sport et le SuperEight - Crédit Photo: interbs.it
Les équipes de l'Inter de Milan et de l'Ajax d'Amsterdam posent ensemble avant leur opposition lors de Copa Mundial organisée par Cadima Sport et le SuperEight - Crédit Photo: interbs.it
Mais revenons rapidement sur cette Copa Mundial ... elle ne vous fait pas penser à une compétition organisée par la BSWW ??? Bien évidemment le Mundialito des Clubs. Etrange similitude tout de même. Mais John Valente s'en défend en mettant l'accent sur une légère différence au niveau de la composition des équipes. Leur tournoi se compose de clubs ayant une formation stable avec des joueurs évoluant ensemble toute la saison. Alors que nous le savons : le Mundialito, véritable tournoi promotionnel auprès des clubs professionnels, se construit par un principe de draft pour le tournoi uniquement. " Notre concept passe par la croissance du club ave les joueurs. Nous ne croyons pas que les événements individuels peuvent aider les clubs à développer la pratique du Beach Soccer". "Nous avons été les premiers à associer le nom d'un club de football professionnel au Beach Soccer avec le Roma Beach Soccer et aujourd'hui dans notre tournoi il y a aussi l'Inter de Milan et la Lazio de Rome".

Cette similitude dans le format d'une compétition internationale cache des désaccords profonds entre les deux entités. Tout d'abord ce qui semble être reproché, c'est le fait que la BSWW se serve des clubs dans le seul but de faire de la publicité pour le Beach Soccer (exemple du Milan AC, qui soit dit en passant n'est pas dans le S8). Il y a bien évidemment des intérêts dans les deux parties. La visibilité donnait à la discipline est une priorité mais le rattachement entre la BSWW et le monde du football professionnel ne devrait pas s'arrêter là. Croyez-nous !!!

Pour finir John Valente nous fait comprendre que la BSWW et le S8 sont bien en conflit et qu'il n'y aura pas de réconciliation. "Ils font tous les efforts pour bloquer nos événements et les joueurs qui veulent jouer avec nous"..." nous ne faisons pas ces choses là, nous avons une tout autre éthique !". Il va même plus loin en insistant sur le fait que "l'International Beach Soccer Tour de la BSWW avec les équipes nationales ne durera pas beaucoup plus longtemps". Pour lui une entité se distingue par son mode d'organisation et l'avenir se sont les clubs"..."qui à dans le futur auront besoin de créer des sections spécifiques de Beach Soccer" comme le fait le SuperEight.

Nous sommes d'accord avec lui sur la question des clubs, mais concernant les sélections nationales il est évident que les compétitions les concernant vont durer. Joseph Sepp Blatter, Président de la FIFA, en a d'ailleurs fait l'écho le mois dernier en annonçant qu'un travail en profondeur était déjà entamé depuis un moment concernant l'intégration du Beach Soccer aux Jeux Olympiques. Et ça on y croit dur comme fer !!!

Cela semble bien dommageable que des clans se forment pour développer un type de Beach Soccer. La discipline a encore beaucoup de choses à prouver mais surement pas celles concernant son identité. Tout le monde veut sa part du gâteau c'est bien le problème. Nous sommes passionnés par cette discipline qui associe intensité, spectacle, fair-play et convivialité, alors laissons la s'exprimer comme elle le fait depuis plusieurs années

Espérons à l'avenir que si de nouvelles organisations se créent, elles cherchent à travailler avec les instances déjà existantes afin de servir le Beach Soccer et l'aider à grandir.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 3 Juin 2015 - 09:00 Les dates du Beach Soccer Tour FFF 2015



Recevez la Newsletter Sport & Business Number5.fr
















google-site-verification: google9ae31d9d6090be38.html